Accéder au fil RSS Envoyer à un ami Imprimer

CAA Marseille n° 16MA04737 M. A du 13 novembre 2018 (agent détaché)

Lettre n° 840 du 28 janvier 2020

CAA de MARSEILLE
N° 16MA04737

9ème chambre - formation à 3
Mme BUCCAFURRI, président
Mme Frédérique SIMON, rapporteur
M. ROUX, rapporteur public
SCP ARMANDET - LE TARGAT - GELER, avocat

REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Vu la procédure suivante :

Procédure contentieuse antérieure :

M. B...A...a demandé au tribunal administratif de Montpellier, à titre principal, d'annuler la décision du 26 janvier 2015 par laquelle le président de la région Languedoc-Roussillon a refusé de procéder au renouvellement de son détachement et de l'arrêté du 23 avril 2015 mettant fin à son détachement à compter du 1er juin 2015.

Par un jugement n° 1501481 - 1503498 du 19 octobre 2016, le tribunal administratif de Montpellier a rejeté ses demandes.

Procédure devant la Cour :

Par une requête et un mémoire, enregistrés le 16 décembre 2016 et le 17 mars 2017, M.A..., représenté par la SCP ARMANDET - LE TARGAT - GELER, demande à la Cour :

1°) d'annuler ce jugement du tribunal administratif de Montpellier du 19 octobre 2016 ;

2°) d'annuler la décision du 26 janvier 2015 et l'arrêté du 23 avril 2015 ;

3°) de mettre à la charge de la région Occitanie une somme de 3 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Il soutient que :
- la procédure est viciée, faute de respect de la procédure disciplinaire ;
- la décision et l'arrêté auraient dû être motivés ;
- le refus de renouvellement est injustifié et abusif ;
- il porte par ailleurs une atteinte disproportionnée et excessive à son droit à mener une vie privée et familiale normale ;
- cette décision est entachée d'un détournement de pouvoir.

Par un mémoire en défense, enregistré le 17 février 2017, la région Occitanie, représentée par le CABINET CORNET-VINCENT-SEGUREL CVS AVOCATS conclut au rejet de la requête et à la mise à la charge de M. A...d'une somme de 2 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Elle fait valoir qu'aucun des moyens soulevés par M. A...ne sont fondés.

Vu les autres pièces du dossier.

Vu :
- le code des relations entre l'administration et le public ;
- la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 ;
- la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 ;
- la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 ;
- le décret n° 85-986 du 16 septembre 1985 ;
- le décret n° 86-68 du 13 janvier 1986 ;
- le code de justice administrative.

Les parties ont été régulièrement averties du jour de l'audience.

Ont été entendus au cours de l'audience publique :
- le rapport de Mme Simon,
- et les conclusions de M. Roux, rapporteur public.

Considérant ce qui suit :

1. M.A..., adjoint technique de 1ère classe des établissements d'enseignement du ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche depuis 1999 a été détaché, à compter du 1er juin 2011, au sein de la direction de l'éducation de la région Occitanie et affecté au lycée Paul Sabatier à Carcassonne pour une durée d'un an. Ce détachement a été renouvelé à trois reprises, l'intéressé étant alors affecté au lycée Federico Garcia Lorca de Théza au service des installations électriques. Toutefois, par courrier du 26 janvier 2015, le président de la région l'a informé de sa décision de ne pas renouveler son détachement à compter du 1er juin 2015, un arrêté en ce sens étant édicté le 23 avril suivant. M. A...fait appel du jugement du 19 octobre 2016 par lequel le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 26 janvier 2015, ensemble l'arrêté du 23 avril 2015.

Sur les conclusions aux fins d'annulation :

2. En premier lieu, et d'une part, en l'absence de texte contraire, un agent dont le détachement arrive à échéance n'a aucun droit au renouvellement de celui-ci. Il en résulte qu'alors même que la décision de ne pas renouveler ce détachement serait fondée sur l'appréciation portée par l'autorité compétente sur la manière de servir de l'agent et se trouverait prise en considération de sa personne, elle n'est - sauf à revêtir le caractère d'une mesure disciplinaire - pas au nombre des mesures qui doivent être prises après que l'intéressé a été mis à même de prendre connaissance de son dossier et a été reçu en entretien préalable. En l'espèce, il ressort des pièces du dossier que, pour décider de ne pas procéder au renouvellement du détachement de M.A..., le président de la région Occitanie s'est fondé sur l'insuffisance professionnelle de l'intéressé. Ainsi, eu égard à ce motif, si le refus de renouvellement du détachement de M.A..., a été pris en considération de sa personne, il ne l'a pas été au regard de motifs disciplinaires et ne constitue pas une sanction. D'autre part, aucune disposition législative ou réglementaire n'impose par ailleurs la consultation de la commission administrative paritaire de l'administration d'accueil préalablement à toute décision sur le renouvellement d'un détachement. Ainsi, l'appelant n'est pas fondé à soutenir que les décisions en litige sont intervenues au terme d'une procédure irrégulière.

3. En deuxième lieu, les décisions en litige de ne pas renouveler le détachement de M. A...et de le réintégrer dans son corps d'origine, à l'expiration du terme normal du détachement, n'ont pas eu pour effet de retirer ou d'abroger une décision créatrice de droits, l'intéressé n'ayant, comme il a été déjà dit, aucun droit à ce renouvellement. Il n'est donc pas fondé à soutenir que ces décisions auraient dues être motivées en application de la loi du 11 juillet 1979 alors en vigueur.

4. En troisième lieu, il ressort des pièces du dossier que, dès l'année 2013, M. A...n'a pas atteint pleinement les objectifs annuels qui lui étaient fixés et que, par la suite, il n'a pas su faire preuve de capacité d'adaptation et d'initiative, ses compétences professionnelles et techniques étant de surcroît insuffisantes alors que, de plus, l'intéressé a fait preuve d'un manque de dynamisme et d'autonomie. Dans ces conditions, et alors même qu'il a bénéficié pendant cette période d'un avancement d'échelon, les décisions du président de la région Occitanie de ne pas procéder au renouvellement du détachement de M.A..., mesure qui a été prise dans l'intérêt du service, ne sont pas entachées d'une erreur manifeste d'appréciation.

5. En quatrième lieu, la circonstance, pour digne de considération qu'elle soit, que la mesure contestée a pour effet d'éloigner géographiquement l'appelant de sa femme et de son enfant et qu'il a, de ce fait, fait une dépression nerveuse est insuffisante pour établir que le président de la région Occitanie aurait entaché ses décisions d'une erreur manifeste dans l'appréciation de ses conséquences sur la situation personnelle de l'intéressé.

6. En dernier lieu, le non renouvellement du détachement de M.A..., qui comme il a été dit est justifié par l'intérêt du service eu égard à son insuffisance professionnelle, n'avait pas pour objet de tirer les conséquences de sa demande d'intégration à laquelle il n'a pas été fait droit. Il suit de là que le moyen tiré du détournement de pouvoir doit être écarté.

7. Il résulte de tout ce qui précède que M. A...n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Montpellier a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 26 janvier 2015 et de l'arrêté du 23 avril suivant.

Sur les frais liés au litige :

8. Les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que la région Occitanie, qui n'est pas dans la présente instance la partie perdante, verse à M. A...la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens. Dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de mettre à la charge de l'appelant une quelconque somme au titre de ces mêmes dispositions.

D É C I D E :

Article 1er : La requête de M. A...est rejetée.

Article 2 : Les conclusions présentées par la région Occitanie au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.

Article 3 : Le présent arrêt sera notifié à M. B...A...et à la région Occitanie.

Délibéré après l'audience du 23 octobre 2018, où siégeaient :
- Mme Buccafurri, présidente,
- Mme Simon, président-assesseur,
- MmeC..., première conseillère.

Lu en audience publique, le13 novembre 2018.

le 28 janvier 2020 - n°840 de IntegralText, la documentation juridique de l'employeur territorial

La Lettre de l'Employeur Territorial

Imprimer Envoyer à un ami Accéder au fil RSS

RETOUR A LA PAGE PRÉCÉDENTE
 
 
 
 

Nouveau : première édition
Octobre 2019
  

Devoirs et déontologie des policiers municipaux

Jean-Philippe Vaudrey

- Maîtriser le code de déontologie des agents de police municipale

- Appliquer la bonne sanction disciplinaire

- Exécuter ses missions

- Agréments et retrait d’agréments des agents de police municipale

- Cumul d’activités et activités accessoires

- Réagir face aux outrages, rébellions et refus d’obtempérer

- La protection fonctionnelle des agents de police municipale

- Annexe : le code de déontologie

Un précis concret, utile et unique répondant aux interrogations quotidiennes des agents de police municipale, conçu pour les guider en toutes circonstances.

1 ère édition - octobre 2019
74 pages – ISBN : 2-905529-72-5
24,80 € TTC port compris

 

Mise à jour au 1er mars 2019  

La procédure disciplinaire dans la fonction publique territoriale

Francis Mallol, Kaira Bouderbali

- Les comportements répréhensibles et les fautes sanctionnables

- Quand et comment sanctionner ?

- Contrôles des sanctions et droits de la défense

- Maîtriser les notions de faute, d’insuffisance professionnelle et d’obligations de moralité

- Prévenir et répondre aux comportements : utilisation fautive d’internet, violation des principes de neutralité et laïcité, influence des sectes, harcèlements...

Indispensable pour maîtriser toutes les étapes de la procédure dans un domaine sensible

5 ème édition - mars 2019
432 pages – ISBN : 2-905529-69-5
65 € TTC port compris

 

Deuxième édition
Octobre 2019
  

Le guide pratique de la passation d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Définir et estimer ses besoins,
- Choisir et pondérer les critères
- Maîtriser les règles de publicité
- Rédiger les pièces du marché
- Négocier avec les candidats et achever la procédure
- Les cas particuliers des achats inférieurs à 25 000 € et des marchés de maîtrise d’oeuvre.


Réussir la passation d'un MAPA répondant aux besoins de la collectivité dans le respect des deniers publics.

En annexe, des documents types téléchargeables pour accompagner l'acheteur et sécuriser ses procédures.


2ème édition - octobre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-73-3
Prix : 49 euros/TTC, port compris
Version PDF : 35 euros/TTC.

 

Deuxième édition
Novembre 2019
  

Le guide pratique de l'exécution d’un marché à procédure adaptée

Ludovic Vigreux – Kévin Thuilliez

- Gestion de la sous-traitance
- Modifier les contrats en cours d’exécution
- Bien gérer les avances, acomptes, garanties, cessions de créances
- Agir lorsque le titulaire est en difficulté financière
- Mise en demeure et pénalités
- Réception et documents à fournir après l’exécution
- Résilier un marché
- Parfait achèvement et garantie décennale
- Le protocole transactionnel
- Archiver les marchés publics.


Des documents types téléchargeables sur le site des Editions Sorman. Pour accompagner l’acheteur et sécuriser les procédures.


2ème édition - novembre 2019
100 pages - ISBN : 2-905529-74-1
Prix : 48 euros/TTC, port compris
Version PDF : 34 euros/TTC.

 

Deuxième édition - juin 2019  

Le guide pratique des marchés de maîtrise d’œuvre

Ludovic Vigreux, Kevin Thuilliez

- Les dispositions réglementaires indispensables

- Les règles de passation : procédures adaptée, formalisée

- Phases de conception et de réalisation : les éléments de mission de maîtrise d’œuvre

- Les honoraires : primes, concours, forfait

- Passation du contrat de travaux et seuils de tolérance

- Engagements, responsabilités et contentieux

- Propriété intellectuelle.

Le guide s’enrichit de plusieurs documents téléchargeables sur le site des Editions Sorman pour faciliter et sécuriser les procédures.

2 ème édition - juin 2019
96 pages – ISBN : 2-905529-70-1
47 € TTC port compris
Version PDF : 33 € TTC

 

Nouvelle édition – mai 2018  

Protéger les chemins ruraux

Francis Pian

Au sommaire

- Définir un chemin rural, fixer son emprise ; les éléments constitutifs, la procédure de bornage

- Créer, incorporer, modifier un chemin rural

- Protéger et conserver les chemins ruraux : les pouvoirs du maire.

- Comment les entretenir ? Les obligations de la commune ; faire respecter les servitudes ; les travaux occasionnés

- La disparition des chemins ruraux : intégration dans le domaine public, vente, désaffectation, prescription acquisitive

- Quelles ressources leur consacrer ? les interventions des pouvoirs publics et du secteur privé, les taxes.

Des extraits des textes officiels, de jurisprudence, des modèles de délibérations et d’arrêtés complètent chaque chapitre.

3e édition - mai 2018
160 pages - ISBN : 2-905529-67-9
Prix : 39,50 euros/TTC, port compris

 

Première édition
Mars 2018
  

Le manuel de l’administrateur local

Francis Mallol

Au sommaire :
- Elaborer un acte administratif et assurer la sécurité juridique
- Identifier les autorités compétentes
- Associer le public et traiter efficacement ses demandes
- Motiver ses décisions
- Gérer les décisions implicites
- Eliminer les actes administratifs
- Répondre aux demandes de communication des documents administratifs
- Régler les différends ente l’administration locale et le public.

Un guide indispensable pour sécuriser ses décisions et le traitement de ses actes.
Un index alphabétique analytique facilite les recherches.


1ère édition - mars 2018
416 pages - ISBN : 2-905529-66-0
Prix : 69,50 euros/TTC, port compris

 

OFFRE DÉCOUVERTE

Bénéficier gratuitement d'informations exclusives sans engagement de votre part